La Tête en friche de Marie-Sabine Roger

Le soleil est revenu … oui revenu, parce que j’ai vraiment cru qu’il avait décidé de nous quitter, ici, en Allemagne. Qui dit soleil dit sorties dans les parcs. Et donc, des gens assis sur les bancs, dans l’herbe, un peu partout en fait. Que font ces gens ? Soit, ils sont sur leur téléphone … mais le rétroéclairage face au soleil est souvent merdique … donc ils lisent. BIM. ça tombe bien dans la thématique de la Tête en friche de Marie-Sabine Roger.

La Tête en friche, c’est l’histoire d’un banc. Rien à voir avec un roman abstrait, il s’agit du banc sur lequel on fait des rencontres … parfois percutantes. C’est l’histoire de deux êtres que tout aurait dû opposer et qui finalement vont finir par nous sembler indissociables. D’un côté, nous avons Germain. Un monstre de la nature ayant une délicatesse bizarrement humaine. Il compte les pigeons, passe quelques après-midi dans les PMU pour boire quelques bières avec les copains. Il est trimballé de petit boulot en petit boulot mais on ne prend pas pitié. Il a l’air bien dans ses pompes notre narrateur. De l’autre, on a Marguerite. A peine soixante kilos. Tout petit bout de femme comptant les pigeons, elle-aussi. Amoureuse de lecture, elle a ses habitudes sur ce banc.

La Tête en friche, c’est leur histoire. Une histoire d’Amour. L’amour de l’autre. L’amour de l’autre avec ses différences et ses faiblesses. L’amour de la littérature. L’amour de la curiosité, du savoir et de la connaissance. L’amour d’être et de devenir. Cet amour du savoir, Marguerite le transmet à ce Germain que tout le monde dit simplet. Elle va lui faire la lecture, lui apprendre de nouveaux mots. Germain, tel une éponge, va s’imprégner de ces leçons improvisées … non pas pour les recracher quelques jours plus tard comme à l’école. Non, il va s’en imprégner, les digérer en s’y reposant. Ayé, Germain ne pense plus. Il réfléchit.

Ce roman découvert par hasard sur l’étal de la bibliothèque municipal a été un vrai petit régal. Merveilleusement et drôlement humain. Bourré d’ironie. Marie-Sabine Roger nous offre une pure et simple leçon de vie. Pas la peine de se prendre la tête, de prendre la grosse tête. La Tête en friche, ça se lit et ça se savoure ! Et, c’est déjà beaucoup,

Publicités

4 réflexions sur “La Tête en friche de Marie-Sabine Roger

    • Spleen la Jeune dit :

      Salut,
      🙂
      Et est-ce que tu as vu le film ? Paraît qu’il y a un film avec Depardieu … J’hésite à le regarder,
      Spleen

  1. sedeau cécile dit :

    Bonjour, le livre est un vrai régal et le film est tout aussi merveilleux. Gisèle Casadesus y campe une Marguerite que l’on aimerait tous rencontrer un jour sur un banc. Excellent choix de lecture.

    • Spleen la Jeune dit :

      Oh ! Voilà qui me motive à regarder le film. J’ai croisé quelques photos et je trouvais que ca donnait envie de regarder.
      Merci !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s