Bloc de haine de Bruno Longchampt

Un roman X’prim, ca annonce toujours un peu la couleur de la lecture. Ca sent le roman à la grande gueule. A peine as-tu lu la quatrième de couverture, tu sais déjà que tu vas en prendre plein le cœur … et bon sang ! Qu’est-ce que cela te rend impatient !

Bloc de haine, c’est l’histoire d’un mec. Le mec grandit à Marseille. Il a des potes et une famille. Comme tout le monde. Rien de spécial et puis … y’a quelque chose qui part en vrille. Ca doit faire CLIC dans sa tête … Bouffé par la haine, il détruit tout ce qu’il y a autour de lui … y compris lui-même. Cette haine, elle prend racine dans le Racisme. Le racisme banalisé du début : celui du mec qui met tout le monde dans le même panier, celui du mec qui écoute ce que balancent les médias, celui du mec qui n’a qu’un mot à la bouche « insécurité » mais aussi celui du mec qui ne fait que parler. Mais aucun racisme ne doit être banalisé parce qu’il ne suffit d’un rien, d’un rien du tout pour sombrer …
Passage par la case prison. Presque inévitable.
C’est là-bas qu’on fait la connaissance d’Alex. Gringalet devenu Hulk, on suit le flux de ses pensées et de ses journées routinières. On découvre son compagnon de cellule – Abid – et surtout, on découvre le vrai-Alex … à travers ses flash-back. Le lecteur que nous sommes est transporté dans la vie de ce gamin de vingt-cinq ans. On essaie de nous montrer le chemin qu’il a pris, ce chemin tordu qui l’a conduit à la Haine. On essaie de comprendre ce cheminement mais bordel ! on a notre bonne conscience de « gars bien » qui fait qu’on le déteste cet enfoiré de facho et qu’on se refuse à lui trouver la moindre justification. On s’insurge. On se choque. On en est là … à essayer de comprendre, à essayer de penser à une issue de secours mais, cela nous paraît totalement impossible. Il est pourri par la haine.

Bloc de haine est porté par une écriture qui lui fait honneur. La plume blesse le papier. Les mots sont des uppercuts. Chaque flash-back est le coup qui nous remet la tête sous l’eau. On en prend plein la tronche. Mais, je vous rassure, Bloc de haine ne cherche pas à sortir les violons, à dire combien le racisme c’est nul ; combien vivre dans le respect, c’est important. Bloc de haine, c’est un peu le constat d’urgence. Un cri. Le livre qui te balance à la tronche ce dont tu te doutes un peu : notre monde va sacrément mal. Et, on est un peu tous impuissants : on ferme les yeux, pire on les baisse, on atténue la vérité …

Petits – GROS ? – plus pour Marseille dont on parle avec franchise et avec humanité ; pour donner naissance à un personnage comme celui d’Alex et surtout de me l’avoir offert en exclusivité mondiale 🙂

Bref, tous les ingrédients sont réunis pour faire de Bloc de haine une réussite. Casquette basse les gars ! Et du coup, j’ai ré-écouté Petit Bonhomme des Wriggles.

Publicités

4 réflexions sur “Bloc de haine de Bruno Longchampt

  1. Lonchampt Bruno dit :

    Merci pour ta chronique ! Ça motive vraiment d’être lu et compris. Et là, c’est exactement ce que je voulais provoquer chez le lecteur !
    Bonne continuation.
    Bruno Lonchampt

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s