Comme des images de Clémentine Beauvais

J’ai levé les pouces avec Comme des images de Clémentine Beauvais. Ancienne élève de classe préparatoire littéraire, je suis le résultat de deux années à dévorer et analyser des classiques pour finalement me retrouver en école de commerce où l’on oublie jusqu’au prénom de Hugo … et enfin faire comme tout le monde et passer ses premiers mois de diplômée dans les couloirs de Pôle Emploi. Alors, l’élitisme, la pseudo méritocratie, les têtes à claques bourgeoises … cela me connaît un peu … d’où mon enthousiasme lorsque j’ai découvert ce roman dans ma boite aux lettres. Joie.

Henri IV. Etablissement scolaire prestigieux dont on ne connaît même pas le nom là où j’ai grandi. Pas certaine que mes parents en connaissent l’existence. Un établissement scolaire façonnant la future prestigieuse et grandiloquente élite française. Oui, vous pouvez applaudir. Mais dans un établissement scolaire, quel qu’il soit, nous trouvons une bande d’adolescents débiles mus par les hormones, les débilités modernes et les réseaux sociaux. Oh oui, l’ère de la communication. La génération Y et son abondance de sur-communication au point qu’on puisse tout connaître, tout savoir de vous en deux trois clics. Effrayant ou passionnant, on n’y échappe plus. Aux premières pages, je me dis : « Ouais, ok, je connais déjà la suite … super » en me goinfrant de chocolat et puis, BIM BAM BOUM, je me casse la gueule dans les escaliers des préjugés. Clémentine Beauvais me gifle par son écriture, ses rebondissements là où on ne les attend pas. Je me dis : « Mais c’est quoi de ce bordel ! » et je continue de lire en voulant savoir, en voulant connaître le pourquoi du comment … et finalement, ce moment arrive. En un sens, on est content d’y parvenir, de mettre bout à bout les morceaux du puzzle et puis on se demande si tout cela a encore un sens.

On pourrait croire que ce roman traite du cyber-harcèlement, des conneries que font les adolescents … On pourrait croire que ce roman aborde des thèmes qui ne concernent que cette horde d’adolescents débiles. On pourrait mais ce serait se tromper. Comme des images va plus loin, Comme des images est plus profond. Ici, il est question de communication … La Communication. Parents-enfants. Professeur-Enfants. Entre potes. Toute communication. Il est plus facile de balancer quelques conneries que de parler de ce qui agite nos tripes. Il est plus facile de prétendre être que d’être réellement. Loin de nous dénoncer notre société, Clémentine Beauvais en fait le portrait … avec ses points positifs et négatifs, avec ses vices et ses vertus. Elle nous balance tout au visage en choisissant un lieu qui devrait élever les esprits et éduquer. Misère de misère !

Clémentine Beauvais, jeune auteure à la plume acide de vérité, m’a convaincue avec son histoire, ses mots, ses personnages et le ton employé. La Collection Xprim de Sarbacane est encore parvenue à me secouer. Bon quand est-ce que je vais pouvoir cracher mon venin sur cette collection ? … Vous m’énervez avec vos petites merveilles.

Publicités

4 réflexions sur “Comme des images de Clémentine Beauvais

  1. Alison Mossharty dit :

    j’avais lu un ais qui m’avait déjà rendu curieuse, le tien ne fait qu’augmenter mon envie de le découvrir ! Et comme dit Kimy, la couverture est très belle en plus =)

    • Spleen la Jeune dit :

      Super couverture qui renvoie directement à un passage du livre. C’est un petit coup de coeur ultra moderne qui se lit très bien, je le conseille vivement. et j’ai bien envie de savoir ce que tu en penseras

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s