Rien de grave de Justine Lévy

Tombée sur ce livre par hasard à la bibliothèque, ça semblait être une chouette histoire enfin pas chouette histoire mais en tout cas qu’on pourrait en tirer un bon livre alors je l’ai emprunté et je l’ai lu. Je l’ai lu sans savoir qui elle était réellement ni même l’avis des autres lecteurs.

rien-de-grave_24ème de couverture :  » Tu t’attendais à quoi ? Je lui ai dit. Tu crois que ça va être facile de me quitter ? Tu crois que je vais te laisser faire comme ça ? J’ai lancé le cadre par terre, le verre s’est brisé mais comme c’était pas assez, j’ai bondi du lit et j’ai déchiré la photo, celle qu’il prétendait tant aimer, la photo de nous deux en mariés, beaux et légèrement ridicules, il y avait tant de monde qu’on ne connaissait pas à notre mariage qu’on est partis avant la fin. Il a eu l’air triste, plus de la photo déchirée que du fait de me quitter. Il a toujours été fou avec les photos. Parfois je me disais qu’il n’aimait les choses de la vie que pour les voir un jour en photo. Moi c’est le contraire, rien ne me fait plus peur qu’une photo de bonheur avec toute la quantité de malheur qu’elle promet, qu’elle contient, mais sans le dire, en cachant bien son jeu. Je ne savais pas encore que c’était la meilleure chose qui puisse m’arriver, qu’il me quitte. Comment j’aurais pu le savoir ? Il était toute ma vie, sans lui je n’existais pas. « 

L’auteur nous balance sa vie, ses états d’âme sur le papier sans vraiment prendre la peine de ponctuer ses phrases. Ce déferlement de sentiments aurait pu avoir du bon, cela aurait pu avoir plus de style et de classe mais en réalité, Justine Levy n’en fait qu’un brouillon, un brouhaha, un bourdonnement dans lequel on ne ressent absolument rien. Aucune empathie. Aucune catharsis. Je me suis forcée à poursuivre ma lecture en trouvant son ‘style’ pompeux et sans intérêt. Juliette Levy avait sans doute besoin d’un psychologue et s’est tournée vers l’écriture pour faire parler son cœur. Je pense que Juliette Levy aurait dû se contenter d’aller acheter un carnet en papeterie et de commencer un journal intime. Quel est l’intérêt de publier un tel livre ? Je me pose encore aujourd’hui la question
En somme, j’ai détesté cette lecture. Véritable perte de temps ! Quoique ! Elle m’a néanmoins appris quelque chose : il ne faut pas aller jouer dans la cour des grands quand on est doué qu’à la marelle.

Publicités

Une réflexion sur “Rien de grave de Justine Lévy

  1. Santiago Pinault dit :

    C’est tout à fait ça. Je ne sais plus comment cette nullité est arrivée un jour dans mes mains, même pas en poche en plus (l’avais-je acheté, même ?), il y a longtemps, ni pourquoi je l’ai lue jusqu’au bout. Mais je me suis profondément senti insulté qu’un éditeur me propose ça, qui, effectivement, n’aurait jamais dû sortir du bureau de la fillette ou aurait dû être retravaillé jusqu’à ce que ça puisse avoir un intérêt à être lu. Un côté, nous autres gens connus, mêmes nos brouillons vont vous plaire, bande d’imbéciles, qui m’est resté au travers de la gorge. Merci de me permettre d’en cracher un petit bout par ici ! Pouah !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s