Frangine de Marion Brunet

Je pense qu’il est avant tout important de préciser que ce roman m’a surement touché plus que d’autres lecteurs. Pourquoi est-ce que je peux me permettre d’affirmer cela ? Parce que je suis homosexuelle, que je suis en couple avec une femme dont je suis amoureuse depuis le premier jour où j’ai croisé son regard. Les question du mariage, des enfants finiront par se poser dans un climat français troublé. Quand j’ai commencé à lire ce roman, je n’ai pu qu’en admirer son actualité et son caractère – malheureusement – polémique. Alors évidemment, vous comprendrez la raison qui fait que ce roman est cher à mon cœur.

L’histoire n’est pas très compliquée même si pour certains personnages qui apparaissent dans le livre et pour certaines personnes malheureusement existantes dans la vie de tous les jours, ça l’est. C’est juste une jolie histoire de famille, un portrait de vie. Nous entrons dans cette famille homoparentale sous le point de vue de Joachim, l’aîné. Le seul homme de la famille ? Un choix ? Il nous présente sa vie quotidienne d’adolescent de terminale, ses potes, ses parents, sa petite copine, ses premières folies hormonales mais il nous parle également de sa petite sœur, Pauline. Elle aussi arrive au lycée, elle passe « du pays enchanté aux terres menaçantes du Mordor ». Sa naïveté, sa candeur l’amènent vers la haine de ses camarades à cause de sa famille, de l’amour de ses mères, de sa différence. Personne ne semble réellement se rendre compte de l’ampleur que cela prend pour l’adolescente qui se transforme, qui devient une autre, l’ombre d’elle-même.
Mais l’amour est plus fort que la haine, n’est ce pas ? Et c’est ce que m’inspire ce roman. Ce roman m’a confortée dans mes idées. En effet, je ne cesse de dire à mon amie que ce qui m’effraie le plus dans le fait d’avoir un enfant est de devoir lui expliquer pourquoi certains nous craignent, ne nous aiment pas, nous jugent sans nous connaitre, nous haïssent sans même savoir qui nous sommes. Comment expliquer ce déferlement de haine à mes futurs enfants ? c’est ce qui m’a toujours inquiété et je trouve que ce roman apporte une bien jolie réponse : par l’Amour. « Tout ne se règle peut-être pas un câlin » mais l’amour de deux mères et d’une famille toute entière peuvent permettre d’aller au-delà de tous ces jugements et de cette haine.

Et, c’est grâce à cet amour inconditionnel que Pauline se relève parce qu’elle se relève. Plus forte. Plus grande. Elle gagne en confiance en elle, en charisme, en sourire. Elle devient mature. Elle est plus forte pour affronter le monde extérieur, bien loin du cocon créée par ses parents.

La vie est un éternel combat. Elle nous met perpétuellement au défi. Face à l’intolérance. Face à la lassitude d’un travail qui ne vous épanouit plus. Face à de vieux démons. Face à l’absence d’une mère aux moments les plus importants de votre vie. Face à la surprotection de deux parents aimants au moment où vous voulez voler de vos propres ailes. La vie est faite de combats. Parfois, on combat seul, peut-être pour se prouver que l’on peut y arriver par nos propres moyens. Parfois, on a besoin de l’autre sans qu’il ne soit au premier plan mais juste le fait de savoir que quelqu’un est là pour nous épauler, nous conforter et nous aider à nous redresser si jamais on courbe l’échine. Chez « Frangine », c’est l’Amour qui unit cette famille qui devient une arme redoutable pour remporter ces combats.

Je sors de cette lecture plus forte que lorsque je l’ai entamé. Je me dis que nous serons des mères incroyables et que nos enfants Thalys ou RyanAir seraient exceptionnels. Oui, Frangine me permet de regarder fièrement vers l’avenir. Ce n’est peut-être qu’un livre pour certains mais pour moi, c’est plus une nouvelle flèche à mon arc de la tolérance. Alors, je voudrais prendre dans mes bras cette auteure Marion Brunet qui avec une plume juste et adolescente (j’ai adoré !) ouvre les voies de la Tolérance. Mais également la collection Exprim’ de lui avoir offert la possibilité de nous livrer ce petit bijou.

Petit clin d’œil : « Si quelqu’un t’a fait du mal, assieds-toi au bord de la rivière. Un jour, tu verras passer son cadavre. » Quand j’ai dit cela à mon Amie, elle a souri et je pense lui faire lire ce petit bijou. Elle doit le lire. Oh et puis j’ai adoré la conclusion criante de Vérité : les parents (deux femmes, un homme & une femme, deux hommes, un homme, une femme), quand tu es adolescent, ça craint ! Tous les adolescents s’accordent dessus ! 🙂

Publicités

9 réflexions sur “Frangine de Marion Brunet

    • M-ilie dit :

      Je te le conseille vivement d’autant plus que la thématique est d’actualité. Si tu le lis, n’hésite pas à venir en discuter ! 🙂

  1. constance dit :

    c’est une belle chronique pour un bon roman que j’ai aimé aussi même si je lui trouve quelques défauts, légers, et qui ne sont que des tâches d’ombre sur un récit qui est autrement magistral, notamment dans le plaidoyer qu’il constitue.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s