Le monde de Charlie de Stephen Chbosky

Un roman épistolaire. Peut-on vraiment dire épistolaire puisque nous avons accès aux lettres du héros, du personnage principal, de Charlie. C’est au lecteur qu’il envoie ces lettres. C’est le lecteur qui devient témoin, confident de cette vie banale d’adolescent.

C’est cette proximité avec le personnage de Charlie qui nous permet d’en savoir davantage sur lui : nous en savons beaucoup du moins sur ce qu’il veut bien nous dire. Adolescent timide et réservé, Charlie s’enferme dans un monde qui n’appartient qu’à lui mais dont il nous ouvre les portes, à nous, lecteurs. Au début, j’ai eu du mal à compatir à tous ses maux. Je me lassais un peu de son caractère de victime (oui, je suis cruelle) puis au fur et à mesure de la lecture, j’ai appris à l’apprécier et je me suis efforcée de le comprendre. Son côté « victime » est devenu de la mélancolie. Sa timidité a pris l’apparence d’une prise de recul sur le monde qui l’entoure. Ne pas s’impliquer pour ne plus souffrir. Ne pas vouloir se mouvoir dans ce monde qui ne semble pas tourner rond. Ce personnage est alors apparu plus profond que je ne le croyais. Présente à chaque première fois de Charlie, je me plaisais à l’accompagner dans son épanouissement. Il apprenait ce qu’était la vie et moi, je riais, je grimaçais, je me tapais la tête contre les murs en lisant quelques lettres.

Ce livre raconte le passage de l’enfance au monde adulte … mais pour faire ce cheminement, nous devons passer par l’adolescence. La période des bêtises. L’époque des prises de conscience, des revendications, des expériences.

Plein de surprises, ce roman est un bijou. Un bijou dans un écrin fait de sensibilités et non de sensibleries comme je le croyais au départ de ma lecture.

J’ai beaucoup aimé ce roman même si je pense avoir pris un peu plus de temps que les autres lecteurs. Je vous le recommande surtout si vous aimez ces romans réalistes, ces « moments » de vie. Petit conseil : lisez le et écoutez la bande son du film. Personnellement, j’ai trouvé que c’était assez raccord. Bref, j’adore l’ambiance qui est créée autour de cette œuvre littéraire et cinématographique.

Merci aux Editions Sarbacane. Vous me gâtez !

Publicités

4 réflexions sur “Le monde de Charlie de Stephen Chbosky

  1. cedrickduloup dit :

    Je l’avais donc bel et bien raté à mon premier coup d’œil !
    J’ai globalement le même avis que toi, ce livre est difficile à pénétrer a départ, mais on finit par ne pas vouloir le lâcher, et au lieu de vouloir mettre des claques à Charlie, on finit par l’aimer…
    Pour l’adaptation, ce n’est pas forcément étonnant que cela soit raccord vu que c’est l’auteur qui s’est mis à la réalisation, et on saborde rarement son travail (enfin je crois). Du coup, deux très belles œuvres avec leurs existences propres.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s