Mes idées folles d’Axl Cendres

Un énorme merci aux Editions SARBACANE pour ce nouveau cadeau ! Un livre dévoré en deux heures. Top Chrono. Un petit moment d’évasion qui fait du bien.

Abel et Johnny. Abel comme le premier meurtre de la Bible. Johnny pour Johnny Rotten. Avec des noms comme ceux-là, comment voulez-vous avoir une vie normale ?

Sarcastique. Voilà l’unique mot qui me vient à l’esprit pour décrire ce roman à l’humour grinçant. Si Abel est aujourd’hui à ce point sarcastique, égoïste, manipulateur … c’est uniquement à cause des déceptions qui font partie de sa vie depuis le jour où, pour la première fois, il voyait le monde. Enfant né sous X, il devient rapidement l’ami d’un miraculé de la vie. Enfant né sous drogues, enfant de punks. Ecole religieuse. Doute au sujet de Dieu, de l’Enfer et du Paradis. Crise de foi. Foi en l’Homme. Déception (une fois de plus). Marginalisé. Adulte devenant parasite de la Société ne voulant pas se mêler aux Autres. Etre seul face à soi même. En ce sens, je pense que le thème principal de ce roman est la FOI … ou alors c’est peut-être ce que je me suis évertuée à penser. Je pense que l’auteure passe par le cas de la folie pour interroger sur les croyances et la foi.
Je m’explique.
Nous avons tout d’abord la crise de foi religieuse. Abel ridiculise la religion catholique où il suffit de regretter son pêché pour être pardonné. Un pardon qui semble être accordé trop rapidement aux yeux d’Abel. Et si Dieu n’était qu’un projet marketing pour « vendre des cierges » ? Et si Dieu n’était que pure invention ? Qui est ce qui a déjà rencontré Dieu ? Il perd sa foi comme son innocence, du moins c’est ce que je pense parce que le ton employé n’est plus le même. Nous sommes désormais face à un peu plus de rudesse. Abel s’oriente donc vers ce qu’il peut voir tous les jours : l’Homme. Un être imprévisible, incontrôlable. Comment marche cette machine complexe ? Voilà qu’Abel devient psychiatre tout en étant loin d’être un Humaniste profond. Lui, égoïste, est sensé soigné les maux mentaux et psychiques de ces patients chroniques (incurables).

C’est à ce moment du roman qu’apparait clairement la Folie (à moins qu’elle n’apparaisse avec Johnny qui n’est à mon sens que légèrement attardé ou alors « sur son nuage » ou « sur le haut de la montagne »). Confronté à ces patients chroniques, Abel se rend compte de ce qu’est la folie. La folie. Et si ces patients n’étaient pas fous ? Et s’ils avaient raison ? Et si c’était lui qui se trompait ? Dès lors qu’on doute de sa Raison, c’est qu’on a ouvert la porte de la folie, non ? Ou alors peut-être que c’est l’alcool mélangé avec la morphine qui fait qu’Abel commence à douter … D’ailleurs, j’ai aimé ces petites recettes pour, toujous, rester à 0.8 grammes d’alcool !

Drôle de vies. Drôle d’histoire. Histoire de fou. Histoire d’amitié.

Gros coup de cœur pour mon Johnny. Oui, c’est mon coup de cœur. Cet utopique un peu hurluberlu m’a beaucoup plu notamment avec ces idées pour devenir millionnaire et puis sa capacité à rebondir.

Mes idées folles. Drôle de titre pour un roman, vous ne trouvez pas ? Personnellement, ce que j’ai trouvé le plus drôle dans ce roman, c’est sans aucun doute la signification que l’on pouvait donner à ce titre. Ok. On a tous compris qu’il était question de folie. Mais ces idées folles, cette folie se rapportent à quel personnage ? Aux chroniques du Pavillon 43 ? A la petite Rose (d’ailleurs, où est-elle ?) ? A Jésus ? A Johnny ? Ou alors à Abel ? Ou peut-être au lecteur qui s’est jeté à cœur perdu dans cette folle aventure ? …

Dans tous les cas, je sors de cette lecture avec un drôle de sourire. Qui est le fou ? Qui a raison ? Qui a tort ? J’adore cette sensation de ne pas avoir tout compris, de rester là … devant la dernière page en se disant  Dois-je rester sur ma faim (fin ?) ou alors est-ce le but recherché ?

Petit coup de coeur pour la couverture … aussi ! 🙂 Même si je ne m’y attarde que très rarement, je l’ai trouvé vraiment pas mal et reflète bien l’ambiance du livre. Eh mais qu’est ce que vous attendez là ? Zouh ! Allez hop ! On va dénicher cette pépite !

Publicités

4 réflexions sur “Mes idées folles d’Axl Cendres

  1. cyruliszin dit :

    apparemment mon message n’est pas parti, donc je recommence. Cadeau des Editions Sarbacane pour moi également avec une dédicace de l’auteur. La cerise sur le cadeau. j’ai beaucoup apprécié cette lecture déjantée et m’a permis de faire la connaissance du paradoxe du chat de Schrödinger.

    • Spleen la Jeune dit :

      Sacrée cerise sur le gateau d’ailleurs 🙂
      Le paradoxe du chat de Schrödinger … Perso, je me suis décidée à ne pas le suivre au risque de devenr complètement barjot ! ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s