Laissons des mots pour les sons des maux de Muriel Pardessus

Un recueil de poésie ? Quelle idée farfelue ? Pourquoi se lancer dans la lecture d’un recueil de poésie ? Ce genre de la littérature est souvent mis à l’écart, on l’associe souvent aux études littéraires, à la professeure de français un peu psychotique. Il me fallait me replonger dans mes souvenirs pour ouvrir ce livre et je dois avouer que je me suis réjouie de lire de la poésie.

 

Le titre du recueil me fait immédiatement penser au spleen, à la mélancolie et surtout aux sonorités, aux jeux avec les sons. C’est le propre de la poésie que de jouer avec le son et le sens des mots. Est-ce que l’auteur de ce recueil le fait ? J’ai lu les poèmes à voix haute, à voix basse. J’ai lu et relu certains poèmes en arquant parfois quelques sourcils sans pour autant trouver la moindre surprise. Quelques poèmes sont remplis de sonorités amusantes : des allitérations, des anaphores mais ce ne sont que quelques poèmes. Déçue par ce manque d’amusement avec les mots, je me suis rendue compte que ce recueil était davantage une déclaration d’amour très personnelle. Il ne s’agit pas de n’importe quelle déclaration d’amour. Il s’agit de celle d’une femme faite à son compagnon. Une femme qui a été brisé, qui s’est accrochée à la vie et qui est allée de l’avant. On le devine à chaque poème qui nous rappelle qu’elle a été seule, que ses amis étaient présents et qu’elle a finalement repris confiance en l’amour grâce à lui. Soit. Tout a son honneur … mais est-ce que cela me touche ? Est-ce que cet écoulement de mots tendres, de déclaration me touche ? Pas du tout …

Je ne suis pas parvenue à être transcendée par ce déferlement de vie privée. Mon jugement est certes un peu cruel mais je n’ai pas été convaincue par le style de ces poèmes. Trop de clichés. Trop de « déjà vu ». Pourtant, je suis persuadée – convaincue ? – que l’auteure possède une plume qui pourrait faire des ravages. Je suis persuadée que dans un autre registre que celui de l’amourette bucolique, je pourrais être davantage touchée, émue. Ici, ce n’est pas le cas. Mais j’espère que les personnes dont il est question dans ce recueil se sont reconnus et ont été touché par ce doux et délicat hommage … parce que franchement, c’est un sacré grand honneur que de se retrouver sous la plume de cette nouvelle auteure qui mérite sa place et qui la gagnera assez facilement.

 

En bref, un recueil de poésie qui m’a un peu déçu. Un recueil bourré de clichés. Mais, une plume prometteuse. Une plume méritant d’autres sujets que ceux déjà traités, re-traités par les poètes. Alors s’il vous plait Muriel, écrivez-nous sur d’autres thématiques. Je recommande ce recueil au public qui se sent concerné et touché par ces recueils-autobiographiques placés sous l’arc de Cupidon. L’auteure avait prévenu : c’est un hymne à la romance. Bonne lecture à tous !

 

Nota Bene : un grand merci à « Les agents littéraires » qui m’ont permis de découvrir Muriel Pardessus et son recueil de poèmes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s