Drive réalisé par Nicolas Winding Refn

Drive réalisé par Nicolas Winding Refn

Synopsis : Un jeune homme solitaire, « The Driver », conduit le jour à Hollywood pour le cinéma en tant que cascadeur et la nuit pour des truands. Ultra professionnel et peu bavard, il a son propre code de conduite. Jamais il n’a pris part aux crimes de ses employeurs autrement qu’en conduisant – et au volant, il est le meilleur ! Shannon, le manager qui lui décroche tous ses contrats, propose à Bernie Rose, un malfrat notoire, d’investir dans un véhicule pour que son poulain puisse affronter les circuits de stock-car professionnels. Celui-ci accepte mais impose son associé, Nino, dans le projet. C’est alors que la route du pilote croise celle d’Irène et de son jeune fils. Pour la première fois de sa vie, il n’est plus seul. Lorsque le mari d’Irène sort de prison et se retrouve enrôlé de force dans un braquage pour s’acquitter d’une dette, il décide pourtant de lui venir en aide. L’expédition tourne mal… Doublé par ses commanditaires, et obsédé par les risques qui pèsent sur Irène, il n’a dès lors pas d’autre alternative que de les traquer un à un…

 

Mon avis sur le film : Tout d’abord, il faut savoir que j’ai hésité à aller voir ce film au cinéma et ce surement parce que j’attends Polisse avec impatience ou alors parce que mon cœur penchait également pour The Artist. Bref, je doutais surtout que quelques potes m’en avaient fait une mauvaise critique. Avions-nous les mêmes gouts ? Allais-je regretter mon choix ? Trop tard, j’avais le billet en poche et j’étais contrainte de m’y rendre…

L’histoire ne m’a pas franchement plu. Pourquoi ? Les histoires d’amour, je n’aime pas ça et encore moins en ce moment alors quand ça commence à sombrer dans les sentiments, ça me gave. Heureusement, le film ne tient pas qu’à son scénario ! Une histoire simple qui est toutefois marquée par des personnes qui ont de la profondeur. J’ai surtout craqué sur la réalisation. Mise en scène sublime. Chaque plan est à mes yeux un bijou exquis. Les lumières, la bande originale : tout est fait pour créer une ambiance qui vous dévore, vous engloutit. On prend pied dans le film, on vit cette histoire en même temps que le Driver. On est captivé et on perd pied. Les moments de silence, ces longs silences (qui me mettent d’ordinaire mal à l’aise) me sont apparus ici comme criant de vérité. Ces silences de grande intensité appuyés par un jeu de regards époustouflant auront le don de vous faire chavirer.

Bluffée, je sors de ce film scotchée. Je ne sais pas si ça finit bien ou pas ; tout ce que je sais c’est que j’ai vécu une superbe expérience grâce à ce film. Je rêvais de m’éclater au cinéma et de ne pas vois de nanar : Nicolas Winding Refn m’a rendu service.

Nota Bene : « Argh » pendant quelques scènes plus que violentes & des éwahoo » pour les soundtracks qui sont sublimes. Je les veux ! Oh et j’adore le blouson de The Drive, je veux le même.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s