Esther et Mandragore, une sorcière et son chat

esther-et-mandragore-une-sorciere-et-son-chat2b3Qui a dit que la curiosité était un vilain défaut ? Aucune idée. Tout ce que je peux vous dire, c’est qu’Esther n’est certainement pas d’accord. Sa curiosité, c’est ce qui la conduit à se rendre dans l’autre monde, celui des humains. Première année au sein d’une école de magie – réservée aux filles, soit dit en passant – Esther se rend dans l’Autre Monde accompagnée de son énorme chat Mandragore. Pas de panique. On n’envoie pas une élève de première année dans l’autre monde sans surveillance. Non. On l’envoie chez sa tante Agatha qui vit chez les humains depuis suffisamment longtemps pour être une fan de série télévisée.🙂 C’est donc l’histoire d’Esther et Mandragore à la découverte d’un monde inconnu. Cela nous permet d’être témoin de pas mal de scènes rigolotes : notamment les goodies que l’on peut acheter à son animal de compagnie. Les petits lecteurs seront alors engloutis dans cet univers original et amusant. Les lectrices n’auront qu’une envie : entendre leur chat parler et leur raconter sa journée. Qui aurait cru que les chats pouvaient avoir un ego aussi gros?

Destiné aux 8-12 ans, ce roman est tout à fait charmant. Sophie Dieuaide est parvenue à nous faire oublier Harry Potter alors qu’on parle de magie pour enfants ! Gut gemacht, oder ? Sophie nous offre un roman alléchant, bien écrit tout en le rendant passionnant pour un enfant de 8-12 ans. Ils ne le fermeront pas avant de l’avoir terminé. Promis!

Bravo à Talents Hauts!

The It Crowd

Si les séries américaines possèdent depuis bien longtemps le haut du panier des séries télévisées, les séries anglaises commencent à faire concurrence. Cette fois-ci, on se retrouve dans le monde de l’entreprise et plus particulièrement au sein de ce service que tout le monde connaît : l’IT.

7cd0ab9f-6947-4221-9b22-6cd545ecaf46_625x352

« Hello, IT, have you tried turning it off and on again! »

Pas besoin d’un décor de fou, d’une tripotée de personnages pour nous faire rire. Et comment! Les personnages principaux sont au nombre de trois. Il y a Moss et Roy, bossant chez Reynholm Industries, au sous-sol de l’immeuble (là où personne ne se rend). Puis, il y a Jen, reine de la Gaffe, n’ayant aucune idée d’Internet et des nouvelles technologies qui devient pourtant leur manager. Et voilà nos trois héros des temps modernes. Les épisodes se suivent mais ne se ressemblent pas. Impossible de s’ennuyer! Chaque réplique est une bouffe d’oxygène, chaque personne secondaire est cuisiné à point pour vous faire rire, voire sourire pour les plus compliqués. Je vous la conseille si vous cherchez une petite série sympathique à mater avant d’aller au lit, devant son petit repas du midi, dans son bain ou peu important. Je vous assure un sacré bon moment et de nombreux fous rires! Perso, je suis accro!

0144bcc0d3d29df796a08192737435bb

Bien que porté sur le thème Geek, on est loin de The Big Bang Theory. The It Crowd est à dévorer. Tout de suite. Maintenant. Disponible sur Netflix.

Meine Liebe, Mon Vampire de Manu Causse

Qui a dit que les livres bilingues n’étaient que pour les adultes, les érudits, les je-sais-tout ou encore les étudiants ? Qui ? Certainement pas ceux qui connaissent la maison d´éditions Talents haut.

Avec le livre bilingue, « Me55879544_10871358ine Liebe, Mon Vampire », Manu Causse remplit le contrat du livre bilingue. Alternant un chapitre en allemand, un chapitre en français, Manu Causse nous dévoile une histoire de sentiments, de rébellion adolescente et d’amour un peu platonique entre deux adolescents que rien ne rapproche au premier coup d’œil. Alors, oui, c’est vrai. Le scenario peut tenir sur un post-it de réfrigérateur, l’écriture est simple – je ne dis pas simpliste mais simple -, les rebonds sont souvent prévisibles mais peu importe! Manu Causse n’a certainement pas envie de nous pondre un roman tel que Notre Dame de Paris. Dans ce petit roman, je vois l’ambition respectable de créer un livre bilingue, de rendre l’apprentissage d’une langue plus agréable. Et, c’est tout ce que j’apprécie. Même si tout est prévisible, on y prend du plaisir … et, cela sûrement grâce aux petits commentaires du narrateur sur Twilight ou autres anecdotes contemporaines.

Bref, je conseille ce petit roman aux parents qui voient les notes fragiles de leur progéniture en allemand. Achetez ce petit bouquin pas cher et vous allez voir qu’ils vont le lire avec plaisir. Lire de l’allemand avec le sourire, c’est possible !🙂 Pour ceux qui ont l’idée folle de se remettre ou mettre à l’allemand, emparez-vous de ce petit bouquin. Pas de prise de tête. On ne se tire pas les cheveux en le lisant. Je vous garantie une petite pause agréable entre les pages de ce livre.

Ici, le résumé que l’on peut trouver sur http://www.chapitre.com pour les curieux :: Anastasia, jeune vampire de seulement 480 ans, doit désormais tuer des humains pour se nourrir. On lui désigne sa proie, Baptiste, le jeune rugbyman plein de vie dont elle est malencontreusement tombée amoureuse. Celui-ci, très attiré par sa mystérieuse voisine, apprend qu’il est né chasseur de vampires et doit liquider la belle Alicia sans délai.
Un livre bilingue selon le concept unique de la collection DUAL : le premier chapitre en français, le deuxième en allemand et ainsi de suite.
A la fin du livre : un lexique, un quiz par chapitre pour vérifier qu’on a saisi l’intrigue et des extraits de littérature Suspense, frisson, amour, et l’humour en plus.

Broadchurch — Saison 1

Aujourd’hui, c’est dimanche. Le dimanche, on le passe à lire ou à mater quelques séries bien au chaud sous une couverture. La dernière série en date pour moi est Broadchurch. Série trouvée au hasard. Trouvez ci-après le synopsis trouvé sur Wikipedia : « Dans le village côtier de Broadchurch, dans le Dorset, la mort d’un garçon de 11 ans, Danny Latimer, fait voler en éclats l’équilibre de la communauté du village. L’inspecteur Alec Hardy, nouvellement nommé, et le lieutenant Ellie Miller vont devoir fouiller les secrets de chaque habitant pour trouver le coupable. »

Broadchurch est une série télévisée britannique créé par Chris Chibnall (Doctor Who, Torchwood), diffusée pour la première fois en avril 2013. Suite à son succès – une moyenne de 9 millions de téléspectateurs – on commande rapidement la saison 2. Un joyau pour les séries britanniques. Ces 9 millions de téléspectateurs sont faciles à comprendre : une réalisation soignée, une écriture fluide, une ambiance mélancolique et réaliste. Située entre la chronique sociale et le polar des pays nordiques, Broadchurch joue avec les nerfs de ses téléspectateurs grâce à une tension qui ne s’amenuise jamais mais au contraire, ne fait qu’augmenter au fur et à mesure des épisodes.

Je n’ai pas encore regardé la saison 2 qui reposera sur l’après-drame, le procès et le deuil. Mais, j’ai hâte. Tellement hâte. Je ne peux que vous recommander cette série si vous aimez les polars un peu noir et surtout si vous aimez les séries qui ne nous prennent pas pour des abrutis et qui ont une fin. Oh bon sang ! Que ca fait plaisir de savoir que le créateur a pensé à un début, un milieu et une fin … Oui, je souffre du Trauma Lost🙂